L'Allemagne interdit un groupe islamiste recrutant pour l'EI

le , mis à jour à 22:29
0
 (Actualisé avec chef des services de renseignement, contexte) 
    BERLIN, 15 novembre (Reuters) - La police allemande a 
procédé à des perquisitions mardi dans 190 mosquées, 
appartements et bureaux liés à une organisation islamiste que le 
gouvernement a décidé d'interdire, en l'accusant de recruter des 
jeunes pour combattre dans les rangs de l'Etat islamique, a 
annoncé le ministère de l'Intérieur. 
    L'organisation DWR ("Vraie religion") a pris contact avec 
des jeunes gens et convaincu 140 d'entre eux de rejoindre les 
rangs des djihadistes en Irak et en Syrie. 
    "L'interdiction prononcée aujourd'hui est motivée par le 
recours abusif à la religion pour propager des idéologies 
extrémistes et pour soutenir des organisations terroristes, sous 
le prétexte de l'islam", a déclaré à la presse le ministre 
allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière. 
    Selon le ministre, les perquisitions menées mardi ont 
concerné des sites répartis dans 10 Länder allemands et 
représentent la plus grosse opération menée contre une 
organisation depuis l'interdiction en 2001 d'un mouvement appelé 
Kalifatstaat (Etat du califat), accusé d'"activités 
extrémistes". 
    Le chef du service de renseignement intérieur allemand, 
Hans-Georg Maassen, a expliqué que l'interdiction de DWR, qui a 
été soigneusement préparée pour éviter les recours en justice, 
permettrait d'écarter de la vie publique un certain nombre de 
figures salafistes, ou au moins de réduire leur prosélytisme. 
    "L'important maintenant, c'est d'examiner les éléments 
recueillis pour comprendre comment l'organisation s'est financée 
et qui sont ceux qui l'ont soutenue et financée, afin de pouvoir 
prendre des mesures supplémentaires", a-t-il dit à Reuters. 
    Il a ajouté qu'il avait pour le moment été établi qu'une 
fondation basée au Bahreïn avait financé l'achat des Corans 
utilisés par le groupe mais n'a pas voulu donner davantage de 
précisions. 
    Rien ne permet pour le moment d'affirmer que l'organisation 
DWR préparait des attentats, a déclaré de son côté la 
porte-parole du ministère de l'Intérieur. 
    La chancelière allemande Angela Merkel se devait de réagir 
après la série d'attentats revendiqués ou inspirés par le groupe 
Etat islamique qui ont visé la France, la Belgique et cet été 
l'Allemagne, entraînant une remise en cause de sa politique 
d'accueil des réfugiés. 
    Elle était d'autant plus sous pression que des réfugiés 
syriens ont déclaré que de nombreuses mosquées en Allemagne 
prêchaient un islam beaucoup plus conservateur que celles où ils 
priaient en Syrie et qu'ils y étaient confrontés à des musulmans 
prônant une lecture littérale du Coran. 
    Les services de renseignement allemands estiment à un peu 
moins de 9.000 le nombre de salafistes en Allemagne. 
    Depuis 2012, le gouvernement a banni cinq autres 
organisations accusées de menées djihadistes. 
 
 (Caroline Copley et Madeline Chambers; Eric Faye et Tangi 
Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant