L'Allemagne espère voir des progrès sur l'Ukraine jeudi à Paris

le
0
    WASHINGTON, 1er mars (Reuters) - Le chef de la diplomatie 
allemande a estimé lundi que la crédibilité des accords de Minsk 
visant à ramener la paix dans l'est de l'Ukraine serait remise 
en cause si leur mise en oeuvre ne s'accélère pas. 
    Lors d'une conférence de presse commune avec son homologue 
américain John Kerry à Washington, Frank-Walter Steinmeier a dit 
espérer que la réunion des ministres des Affaires étrangères 
ukrainien, russe, allemand et français jeudi à Paris permettra 
d'avancer vers la tenue d'élections. 
    Le ministre allemand a déploré que le gouvernement de Kiev 
comme les séparatistes prorusses n'aient manifesté pour le 
moment qu'une volonté "très limitée" d'appliquer le volant 
politique des accords conclus il y a un an dans la capitale 
biélorusse après une médiation franco-allemande. 
    "Leur mise en oeuvre doit se poursuivre. La crédibilité de 
l'ensemble du processus en dépend", a-t-il insisté. 
    Le gouvernement ukrainien peine à faire adopter par le 
Parlement une loi électorale pour les régions séparatistes de 
l'est du pays et les violations de plus en plus fréquentes du 
cessez-le-feu font craindre une reprise du conflit. 
    "Si les élections doivent avoir lieu, il nous faut deux 
choses: d'abord une loi électorale et ensuite des conditions de 
sécurité qui permettent la tenue du scrutin", a souligné 
Frank-Walter Steinmeier. 
    "J'espère que nous pourrons enregistrer quelques progrès 
jeudi", a-t-il dit. 
    L'Union européenne a lié la levée des sanctions économiques 
imposées à la Russie à la mise en oeuvre des accords de Minsk. 
L'Allemagne craint que si Kiev ne respecte pas sa part du 
contrat, la reconduction des sanctions contre Moscou pose 
problème lorsqu'elles expireront en juillet. 
    Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui a rendu 
visite à Vladimir Poutine il y a deux semaines, s'est dit lundi 
opposé à une reconduction automatique des sanctions, comme cela 
a été le cas en janvier, et a demandé la tenue d'un "débat 
sérieux" à ce sujet. 
     
 
 (Noah Barkin; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant