L'Allemagne espère doubler ses exportations vers l'Iran

le
0
    BERLIN, 17 janvier (Reuters) - L'industrie allemande espère 
une reprise rapide de ses exportations vers l'Iran après la 
levée des sanctions internationales contre Téhéran et le 
ministre de l'Economie Sigmar Gabriel a dès dimanche annoncé 
qu'il serait sur place au début mai pour hâter le processus. 
    La levée des sanctions annoncée samedi met fin à des années 
d'isolement économique de la République islamique, qui a accepté 
en échange de réduire son programme nucléaire.   
    "Cela est arrivé plus vite que prévu", a dit Reinhold 
Festge, le patron de la fédération industrielle VDMA, en 
ajoutant que c'était au tour des entreprises et des banques  de 
saisir les opportunités créées par la diplomatie. 
    L'Allemagne a longtemps été le premier partenaire commercial 
de l'Iran mais a dû laisser la place à des concurrents chinois, 
coréens et moyen-orientaux durant la période des sanctions. 
    La Fédération allemande des Chambres de commerce et 
d'industrie (DIHK) estime que les exportations vers l'Iran 
devraient doubler à cinq milliards d'euros dans les prochaines 
années, puis atteindre le double de ce montant à long terme, ce 
qui permettra de compenser le ralentissement de la demande en 
provenance de Chine, de Russie et d'autres pays émergents. 
    "Les entreprises allemandes ont perdu beaucoup de parts de 
marché en Iran. Il nous faut raviver les liens entre les deux 
pays le plus rapidement possible", a déclaré le président de la 
DIHK, Volker Treier.   
    Sigmar Gabriel, qui avait emmené en juillet une première 
délégation gouvernementale allemande à Téhéran depuis 13 ans, 
sera de retour dans la capitale iranienne début mai pour 
co-présider une conférence économique avec son homologue iranien 
Ali Tayyebnia. 
    La levée des sanctions "nous donne l'opportunité d'ouvrir un 
nouveau chapitre dans les relations commerciales entre 
l'Allemagne et l'Iran", s'est félicité le ministre dimanche. 
    La fédération VDMA compte ouvrir un bureau à Téhéran au 
premier semestre 2016 pour aider l'industrie de la construction 
mécanique à trouver des débouchés dans le pays. 
    Téhéran a déjà annoncé son intention d'acheter 114 avions 
Airbus  AIR.PA , d'une valeur de plus de 10 milliards de dollars 
(9,2 milliards d'euros) aux prix catalogue. 
    La semaine dernière, Siemens  SIEGn.DE  a signé des accords 
pour moderniser les infrastructures ferroviaires de l'Iran 
tandis que Daimler  DAIGn.DE  a annoncé un projet de retour dans 
le pays de sa division de véhicules commerciaux.  
    Les exportations allemandes en Iran avaient atteint 
l'équivalent de 4,7 milliards d'euros en 2010 mais, depuis, ce 
chiffre a été divisé par plus de deux en raison des sanctions 
internationales décidées contre la République islamique. 
 
 (Michael Nienaber, Véronique Tison pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant