L'Allemagne diffèrera-t-elle sa sortie du nucléaire ?

le
0
La sortie du nucléaire allemande entraîne d'ores et déjà la construction de nouvelles centrales au charbon qui vont par définition à l'encontre de la lutte contre le réchauffement climatique.
La sortie du nucléaire allemande entraîne d'ores et déjà la construction de nouvelles centrales au charbon qui vont par définition à l'encontre de la lutte contre le réchauffement climatique.
Officialisée le 30 mai 2011, consécutive à l'accident de Fukushima, dictée par l'opposition de 70 % de ses concitoyens à l'atome civil, mais aussi par la nécessité politique de ne pas se mettre à dos des Verts en pleine progression, la décision d'Angela Merkel de démanteler l'ensemble des centrales nucléaires du pays à l'horizon 2022 a eu un retentissement planétaire. Les environnementalistes ont applaudi, mais ils pourraient bien déchanter dans les mois à venir.
Le ministre de l'Environnement allemand Peter Altmaier l'a confié il y a peu à nos confrères de Die Zeit : l'un des objectifs du gouvernement est de produire 35 % de l'électricité nationale à partir des énergies renouvelables à l'horizon 2020. Nul ne trouverait à y redire si le secteur du photovoltaïque, plombé par une concurrence chinoise vraisemblablement déloyale (nous y reviendrons) au même titre que son homologue français, quand bien même nos voisins sont de très loin les leaders mondiaux de l'énergie solaire et ont d'une façon générale davantage la fibre écologique, n'était pas en proie à de graves difficultés, rendant ce dessein somme toute assez hypothétique.
D'aucuns se demandent aussi, et on les comprend, ce qu'il adviendra des 65 % restants, sachant qu'à l'aube de la prochaine décennie, la quasi-totalité des centrales nucléaires allemandes sera théoriquement démantelée. Le prochain triomphe du principe de précaution sanitaire et environnemental a cependant
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant