L?Allemagne attend avec anxiété le référendum en Grèce

le
0
Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble et la chancelière Angela Merkel lors d'une séance au Bundestag consacrée à la crise grecque. 
Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble et la chancelière Angela Merkel lors d'une séance au Bundestag consacrée à la crise grecque. 

La Grèce n?est pas la seule à retenir son souffle à l?approche du référendum de dimanche. L?Allemagne attend aussi avec une certaine anxiété le résultat du vote. Accusés de tous les maux, nos voisins d'outre-Rhin ne sont pas opposés à l?idée de voir le peuple grec décider de son avenir. Une enquête d?opinion commandée par la chaîne télévisée ARD montre que 60 % des personnes interrogées approuvent l?initiative de Syriza d?organiser un scrutin. Les Allemands n?acceptent pas pour autant les critiques qui leur sont adressées. Ainsi, 68 % des sondés jugent qu?Athènes est le seul responsable de la crise actuelle et 45 % pensent que la Grèce devrait rester dans la zone euro, alors qu?ils étaient encore 51 % à partager cette opinion en février.

Les Allemands sont toujours des Européens convaincus, comme le prouve la baisse de 1 % le mois dernier de la cote de popularité de Bernd Lucke, le chef du parti anti-euro AfD, qui atteint tout juste 9 %. Mais la majorité d?entre eux ne supporte plus les valses-hésitations du gouvernement grec. Le ministre fédéral des Finances Wolfgang Schäuble, qui joue depuis plusieurs semaines le rôle de "méchant flic" contre la Grèce alors qu?Angela Merkel tente de trouver un compromis acceptable par tous, n?a ainsi jamais été autant apprécié avec une cote de popularité (70 %) supérieure à celle de la chancelière (67 %).

Chaud et froid

Les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant