L'Allemagne arrête 3 Syriens, voit un lien avec le 13 novembre

le , mis à jour à 15:33
1
    * Les trois hommes ont été interpellés dans le nord de 
l'Allemagne 
    * Ils auraient utilisé le même réseau que les auteurs des 
attaques de Paris 
 
 (Actualisé après la conférence de presse du ministre de 
l'Intérieur) 
    BERLIN, 13 septembre (Reuters) - La police allemande a 
arrêté trois Syriens soupçonnés d'avoir été envoyés en Allemagne 
par l'organisation djihadiste Etat islamique (EI) via le même 
réseau que les auteurs des attaques du 13 novembre dernier en 
France, a déclaré le gouvernement allemand. 
    Les trois individus, âgés de 17 à 26 ans, ont été envoyés en 
Allemagne en novembre 2015 "soit pour mener à bien une mission 
sur laquelle ils avaient reçu des informations, soit pour 
attendre des instructions", a expliqué le parquet fédéral de 
Karlsruhe, sans pouvoir dire où un attentat aurait pu être 
commis. 
    Les arrestations ont été effectuées dans le 
Schleswig-Holstein, Land du nord de l'Allemagne qui jouxte le 
Danemark. 
    Le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a précisé 
que les trois hommes étaient arrivés probablement avec l'aide du 
même réseau que les auteurs des attaques du 13 novembre 2015, 
qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.  
    "Tout indique que l'organisation derrière les attentats de 
Paris a également envoyé vers l'Allemagne les trois hommes qui 
ont été arrêtés", a déclaré le ministre lors d'une conférence de 
presse. "Selon les éléments d'enquête, leurs documents de voyage 
provenaient tous du même atelier dans cette région." 
    L'Allemagne, qui a accueilli plus d'un million de migrants 
et réfugiés l'an dernier, est en alerte renforcée depuis une 
série d'attaques commises durant l'été sur son territoire, dont 
trois ont été commises par des demandeurs d'asile et deux 
revendiquées par l'EI.  
     
    PAS D'ORDRE DE MISSION 
    Thomas de Maizière a noté que deux des auteurs des attaques 
du 13 novembre étaient enregistrés comme réfugiés. "Cela indique 
que l'EI était résolu à envoyer ce genre de gens se mélanger aux 
réfugiés afin de semer le trouble en Europe et en Allemagne."  
    "La piste française (...) est ce qui rend cette affaire si 
particulière. Nous devons découvrir s'il s'agit de liens 
individuels ou d'un réseau plus vaste. Cela prouve que l'EI ne 
vise pas seulement la France, l'Allemagne, la Belgique ou 
l'Italie, mais tout l'Occident", a ajouté le ministre. 
    Plus de 200 policiers ont participé à l'arrestation des 
trois Syriens lors de raids dans des centres de réfugiés situés 
dans des villes au nord de Hambourg, selon la chaîne ARD.   
    Les autorités ont également perquisitionné dans les 
appartements des trois suspects mais n'ont pas donné de 
précisions sur ce qui pouvait avoir été découvert. 
    "Aucun ordre de mission n'a été retrouvé à ce stade de 
l'enquête", a indiqué le parquet de Karlsruhe. 
    Un suspect, identifié comme étant Mahir Al-H., est devenu 
membre de l'EI en septembre 2015 et a reçu un entraînement au 
maniement des armes et des explosifs à Rakka, en Syrie. 
    Le mois suivant, lui et les deux autres suspects, Mohamed A. 
et Ibrahim M., se sont entendus avec un responsable de l'EI 
chargé des opérations et attentats en dehors du territoire de 
l'Etat islamique, et se sont rendus en Europe, ajoute le 
parquet.  
    L'EI leur aurait fourni des passeports, de l'argent liquide 
et des téléphones portables.  
    Ils sont arrivés en Allemagne via la Turquie et la Grèce, à 
la mi-novembre 2015, au temps fort de la crise migratoire.  
 
 (Madeline Chambers, Erik Kirschbaum; Eric Faye et Jean-Stéphane 
Brosse pour le service français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 il y a 3 mois

    et combien de milliers d'assassins parmi les gentils migrants ?