L'Allemagne aime toujours autant les travailleurs détachés

le
3
Photo d'illustration
Photo d'illustration

Les entreprises allemandes ne pourront bientôt plus profiter du beurre et de l'argent du beurre... L'introduction d'un salaire minimum en Allemagne va améliorer le quotidien de 17 % des salariés allemands. Près de 5,6 millions de nos voisins gagnent en effet moins de 8,50 euros de l'heure, le revenu plancher prévu dans l'accord de coalition signé par la CDU d'Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD. Mais si une majorité de ces travailleurs pauvres qui représentent pas moins de 25 % de la population active sont nés en République fédérale, de très nombreux employés payés avec un lance-pierre sont également originaires d'autres pays de l'Union européenne et tout particulièrement des anciens membres du pacte de Varsovie.Les dirigeants d'entreprises allemandes ont en effet très vite découvert les "bénéfices" qu'ils pouvaient tirer de la législation communautaire concernant les travailleurs détachés. En 2011, près de 311 000 salariés outre-Rhin ont en effet été enregistrés sous ce statut qui permet à un employeur de recruter pour un temps donné une personne envoyée spécialement d'un autre État membre tout en versant uniquement les charges sociales de son pays d'origine. Ce "détail" n'est pas sans importance. Ainsi l'Allemagne dispose d'un taux de charges sociales de 39,4 % alors qu'il atteint 26 % en Pologne, 20,2 % en Bulgarie et 17,9 % en Croatie (la France figure, elle, en tête de ce triste classement établie par PwC pour la Banque...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.