L'Allemagne accuse Moscou de piloter des campagnes de cyberattaques

le
0
L'Allemagne accuse Moscou de piloter des campagnes de cyberattaques
L'Allemagne accuse Moscou de piloter des campagnes de cyberattaques

Les services de renseignement allemands ont accusé vendredi le gouvernement russe d'être derrière des campagnes internationales de cyberattaques à des fins d'espionnage et de sabotage, une "guerre hybride" qui a aussi visé l'Allemagne et son Parlement.Des sociétés de cyber-sécurité avaient déjà affirmé que des pirates informatiques russes étaient derrière les campagne de piratage informatique Sofacy (aussi connu sous les noms APT28 ou Pawn Storm) qui a visé des institutions occidentales dont l'Otan ces dernières années, ainsi que Sandworm qui a provoqué une vaste coupure d'électricité dans l'ouest de l'Ukraine le 23 décembre."Les campagnes observées (...) sont orientées généralement sur l'obtention d'informations, c'est-à-dire de l'espionnage. Mais désormais les services de renseignement russes se montrent enclins au sabotage", a affirmé dans un communiqué le patron du renseignement intérieur allemand (Office de protection de la Constitution), Hans-Georg Maassen."Les cyberattaques des services de renseignement russes font partie d'opérations d'ampleur internationale qui visent à gagner des informations stratégiques. Certaines de ces opérations ont pu être remontées sur une période allant de sept à onze ans", poursuit ce document, évoquant une "guerre hybride".Pour les renseignements allemands la campagne multiforme Sofacy/APT28/Pawn Storm en particulier se caractérise par "des indices d'un pilotage étatique russe", tandis qu'une autre, "Sandworm" vise "au cyber-sabotage".Généralement, les ordinateurs visés sont infectés via des attaques d'hameçonnage (ou phishing) une technique qui vise à récolter les données personnelles, dont les mots de passe, des utilisateurs. En Allemagne, la chambre des députés a été visée par Sofacy durant le printemps 2015, mais les renseignements allemands notent qu'"outre des institutions gouvernementales, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant