L'Algérie se prépare à l'après-Bouteflika

le
0
Sans nouvelle de l'état de santé du président, les prétendants à sa succession se mettent en ordre de bataille.

Ce n'était pas arrivé depuis les années 1990. Les deux quotidiens Mon Journal et Djaridati, de l'ancien officier des services secrets algériens Hichem Aboud, ont été saisis à l'imprimerie et interdits de parution dimanche matin. Le parquet d'Alger a par ailleurs ouvert une information judiciaire pour «atteinte à la sécurité de l'État». En cause: un dossier sur le «coma profond» dans lequel se trouverait le président Bouteflika, hospitalisé il y a trois semaines au Val-de-Grâce, à Paris. Ce que les réseaux sociaux dénoncent déjà comme «censure» accentue le malaise autour de l'état de santé du chef de l'État.

Plusieurs partis d'opposition réclament la publication de son dossier médical et estiment qu'il est de la responsabilité du pouvoir d'informer le Conseil constitutionnel, censé s'autosaisir pour appliquer l'article 88 de la Constitution (d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant