L'Airbus A380, signe extérieur de richesse en Côte d'Ivoire

le
1
L'A380 en démonstration au Salon du Bourget en 2013.
L'A380 en démonstration au Salon du Bourget en 2013.

Nuit de liesse mardi soir à l'aéroport Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan. Pour la première fois, un Airbus A380 a atterri en Afrique subsaharienne. L'avion d'Air France, arrivant de Roissy-CDG, a d'abord été baptisé par les pompiers, qui l'ont arrosé avec leurs lances. Exceptionnellement, le parking dédié à l'avion présidentiel lui a été réservé. La marraine du vol, Dominique Ouattara, l'épouse française du chef de l'État ivoirien, a été accueillie par le Premier ministre et une partie de son gouvernement. La présence de la première dame montre l'importance attribuée à cet événement retransmis en direct par les télévisions africaines. Le Tout-Abidjan s'est ensuite pressé dans les jardins de l'aérogare présidentielle pour la réception. Pour la Côte d'Ivoire, l'arrivée de l'A380, à la veille du Forum de l'investissement organisé dans le pays, est un signe extérieur de richesse vis-à-vis de l'Afrique et du reste du monde. Le PIB ivoirien a crû l'an dernier de 9,5 % et devrait passer à deux chiffres cette année, dans un pays où les richesses agricoles (cacao, café, bois) et minérales (pétrole, gaz, or, argent, etc.) sont immenses et commencent seulement à être exploitées. Le trafic aérien est aussi un bon indicateur économique avec une hausse de 34 % du nombre de passagers enregistrés par l'aéroport l'an dernier. Plus d'un million de passagers viennent d'Europe, mais aussi de l'Afrique, où des alliances entre compagnies...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9722583 le jeudi 30 jan 2014 à 08:28

    La croissance du pays va être à 2 chiffres cette année, tant mieux, l'A380 dans sa version Charter peut recevoir 538 sièges, alors les familles ivoiriennes sans emplois sont invitées à rejoindre Roissy CDG au plus vite et repartir au bled . On vous attend de pieds fermes la-bàs, mais cette fois pour travailler. Plus aucunes excuses à invoquer !!!