L'Airbus A 350 aura des batteries classiques

le
0
Face aux incertitudes de l'enquête sur les batteries lithium-ion du Boeing 787, l'avionneur européen renonce temporairement à cette technologie afin de préserver le calendrier de mise en service de son nouveau long-courrier.

La décision n'a pas été facile à prendre. Mais Airbus a préféré jouer la prudence, quitte à nuancer son discours. Face aux déboires de Boeing avec les batteries lithium-ion du 787 Dreamliner, l'avionneur européen a décidé, vendredi 15 février, de renoncer à cette technologie. «Nous activons le plan B qui consiste à employer des batteries nickel-cadmium. C'est une technologie éprouvée et maîtrisée qui est présente sur tous nos avions depuis des années», explique-t-on à Toulouse, siège d'Airbus.

Jusqu'ici, le constructeur n'avait pas montré de doute sur la pertinence de ses choix. Comme Boeing pour le 787, Airbus avait opté pour le lithium-ion pour l'A 350. C'est la première fois que cette technologie, massivement employée dans les ord...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant