L'AIEA veut durcir les normes de sûreté

le
0
INTERVIEW - Yukiya Amano, le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, tire les leçons de l'accident de Fukushima.

À Vienne

Catastrophe nucléaire au Japon, perte d'influence en matière de sûreté nucléaire, programmes nucléaires clandestins en Iran, Syrie, Corée du Nord: les dossiers sensibles ne manquent pas pour le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, qui entame mercredi matin une visite officielle de deux jours à Paris.

LE FIGARO.- L'accident de Fukushima sonne-t-il la fin du nucléaire?

Yukiya AMANO. - Fukushima est un accident très grave, mais je ne pense pas qu'il signifie la fin du nucléaire. Même s'il est compréhensible que certains pays révisent leurs programmes de développement nucléaire, la production d'électricité d'origine nucléaire reste une option importante pour plusieurs d'entre eux. Les facteurs fondamentaux qui ont relancé le nucléaire (réduction des émissions de gaz à effet de serre, volatilité des prix des combustibles fossiles, etc.) restent d'actualité.

L'industrie nucléaire doit-elle se ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant