L'AIEA presse la Syrie de coopérer

le
0
Déterminée à sortir de l'impasse, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pourrait ordonner des «inspections spéciales» sur des sites syriens secrets.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), dont le conseil des gouverneurs était réuni en session jeudi et vendredi à Vienne, a écrit à la Syrie pour l'enjoindre de coopérer sur la question de possibles activités nucléaires clandestines.

C'est la première fois que le directeur général, le Japonais Yukiya Amano, en poste depuis un an, se fend d'une telle initiative auprès d'un des 151 États membres de l'agence. «J'ai écrit une lettre au ministre des Affaires étrangères de la République arabe syrienne le 18 novembre pour demander au gouvernement d'assurer à l'agence un accès rapide aux informations et aux emplacements», liés à un site nucléaire présumé, a précisé le diplomate.

Le dossier, longtemps négligé par les grandes puissances plus préoccupées par les cas nord-coréen et iranien, empoisonne depuis plus de trois ans les relations du «chien de garde nucléaire» onusien avec la Syrie. Le 6 septembre 2007 à l'aube, l'aviation israélienn

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant