L'AIE voit la demande en pétrole encore ralentir en 2013

le
1
L'AIE PRÉVOIT UNE POURSUITE DU RALENTISSEMENT DE LA DEMANDE DE PÉTROLE EN 2013
L'AIE PRÉVOIT UNE POURSUITE DU RALENTISSEMENT DE LA DEMANDE DE PÉTROLE EN 2013

LONDRES (Reuters) - La croissance de la demande mondiale en pétrole va encore ralentir en 2013 après une année 2012 déjà attendue comme très mitigée du fait du ralentissement de l'activité économique, selon les données publiées vendredi par l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Cette perspective morose dressée par l'AIE fait écho à des anticipations tout aussi pessimistes annoncées cette semaine par le gouvernement américain et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

L'AIE, dans son rapport mensuel, ajoute que les cours de l'or noir pourraient rester élevés dans les mois qui viennent, les tensions géopolitiques -dont celles entre l'Iran et l'Occident au sujet du programme nucléaire iranien- étant susceptibles de compenser l'effet d'une conjoncture mondiale déprimée.

"La dimension géopolitique devrait continuer à fournir un plancher aux cours. La question iranienne va vraisemblablement continuer à peser lourdement sur le marché au cours du second semestre 2012", écrit l'AIE.

"En outre, il y a un risque que les progrès accomplis pour remettre en l'état l'appareil productif en Libye, en Irak et au Nigeria soient remis en cause par une détérioration des tensions politiques et sociales."

Le prix du Brent de la mer du Nord est tombé sous les 90 dollars le baril en juin quand l'Arabie saoudite a relevé sa production pour compenser la chute des exportations iraniennes à la suite de l'entrée en vigueur de sanctions internationales.

Les cours sont remontés depuis à plus de 110 dollars à la faveur des tensions avec l'Iran et des espoirs des investisseurs de voir les grandes banques centrales intervenir pour soutenir l'activité économique.

L'AIE a abaissé de 150.000 barils par jour, à 830.000 bpj, sa prévision de croissance de la demande en 2013, en deçà de la croissance de 870.000 bpj attendue cette année.

Dmitry Zhdannikov; Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4630859 le vendredi 10 aout 2012 à 12:47

    Le prix devient tellement élevé que l'on est pas près de voir la fin du pétrole, car la consommation baissera toujours plus. Je ne sait pas si les experts qui nous annoncaient la fin du pétrole pour ce siécle avez prévu ça.