L'AIE relève sa prévision de demande 2014 de pétrole de l'Opep

le
1
L'AIE REVOIT À LA HAUSSE SA PRÉVISION DE DEMANDE 2014 DE PÉTROLE DE L'OPEP
L'AIE REVOIT À LA HAUSSE SA PRÉVISION DE DEMANDE 2014 DE PÉTROLE DE L'OPEP

LONDRES (Reuters) - L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) va devoir produire un million de barils par jour (bpj) supplémentaires en moyenne au second semestre pour répondre à une hausse marquée de la demande saisonnière, a déclaré vendredi l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son rapport mensuel.

Dans son rapport mensuel, l'AIE a revu en hausse de 150.000 bpj sa prévision de la demande en pétrole brut de l'Opep au second semestre 2014, à 30,9 millions bpj.

Cela représente près d'un million bpj de plus que la production de l'Opep en mai, quand l'organisation avait augmenté son débit de 85.000 bpj, à 29,99 millions bpj, à la faveur d'une hausse de la production de l'Arabie saoudite qui avait compensé un recul en Libye.

L'Opep a reconduit mercredi son plafond de production fixé à 30 millions de barils par jour (bpj) et ce jusqu'à sa prochaine réunion, en novembre.

L'AIE, qui conseille la plupart des pays industrialisés, a maintenu quasi-inchangée sa prévision 2014 de croissance de la demande par rapport à mai, à 1,3 million bpj.

L'agence a cependant ajouté qu'elle anticipait un pic saisonnier de la demande mondiale à 94 millions bpj au quatrième trimestre après un plus bas de 91,4 millions sur les trois premiers mois de l'année.

"Les pertes en Irak et en Libye, où les volumes sont tombés sous les 100.000 bpj début juin contre 1,4 million un an plus tôt, ont déplacé l'attention du marché sur l'Arabie saoudite, qui détient les plus importantes capacités non mobilisées du groupe et qui est largement considérée comme le 'banquier central' du pétrole", a dit l'AIE.

"Les capacités inemployées sont estimées à 3,31 millions bpj, l'Arabie saoudite représentant 80% des volumes supplémentaires."

Les réserves de l'Arabie saoudite deviennent particulièrement importantes alors que la situation se détériore en Irak, le deuxième producteur de l'Opep.

L'AIE a cependant dédramatisé les craintes d'un arrêt des approvisionnements de l'Irak, où les djihadistes de l'Etat islamique de l'Irak et du Levant (EIIL) ont lancé une offensive et se sont déjà emparés de plusieurs villes dans le nord et l'est.

L'agence ne prévoit pas un retour rapide sur le marché du pétrole brut fourni par l'oléoduc de Kirkouk vers la Méditerranée, interrompu depuis début mars. Néanmoins, les approvisionnements depuis le sud du pays en provenance du Golfe semblent à l'abri pour le moment, a-t-elle dit.

(Dmitry Zhdannikov, Mathilde Gardin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcsim5 le vendredi 13 juin 2014 à 13:13

    les réserves de l'Arabie Saoudite ont elle été reévalué correctement dans les années 80 (+60%) ou s'agissait il d'une demande de Reagan pour ruiner l'union soviétique......nous le saurons bientôt....