L'aide laborieuse aux rescapés du typhon

le
0
La colère grandit devant la paralysie du gouvernement philippin et la lenteur de l'aide aux rescapés.

Une semaine après le passage du super-typhon Haiyan, dont le bilan dépasse désormais les 2350 morts, la grogne monte face à la paralysie des autorités philippines et la lenteur de l'aide aux rescapés. De nombreuses scènes de pillage ont été signalées dans la province de Leyte, la plus touchée, en dépit du déploiement de soldats pour maintenir l'ordre. L'ONU elle-même a reconnu que l'aide n'arrivait qu'au compte-gouttes. «J'ai le sentiment que nous avons abandonné les gens», a déclaré jeudi Valérie Amos, la chef des opérations humanitaires des Nations unies, au lendemain d'une visite à Tacloban, la capitale de l'île de Leyte.

Malgré les promesses de la communauté internationale, qui a débloqué des dizaines de millions d'euros, les ONG déplorent, entre autres, le manque de camions et d'essence, à la suite du refus d'ouvrir de nombreux propriétaires de stat...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant