L'aide humanitaire aux chrétiens irakiens prioritaire-CSCI

le
0

PARIS, 8 août (Reuters) - L'aide humanitaire aux populations irakiennes menacées par l'avancée des djihadistes de l'Etat islamique (EI) doit être la priorité, a estimé vendredi le comité de soutien aux chrétiens d'Irak (CSCI France) à l'heure où les Etats-Unis ont autorisé des frappes aériennes ciblées dans le pays. L'appui militaire "est la solution qui se profile à l'horizon mais ce que nous demandons de façon prioritaire c'est l'aide humanitaire car il y a urgence humanitaire dans le nord de l'Irak", a souligné Antoni Yalap, coordinateur du CSCI France sur France Inter. "Ensuite d'autres options peuvent être discutées". Barack Obama a annoncé jeudi soir avoir donné son feu vert à des frappes aériennes ciblées pour protéger si nécessaire les ressortissants américains en Irak. Le président américain a par ailleurs confirmé le lancement d'une opération humanitaire pour les dizaines de milliers de civils en fuite. La France s'est de son côté dite prête à apporter son soutien aux forces engagées pour bloquer l'offensive des djihadistes. Une source diplomatique française a précisé que l'aide envisagée par Paris était d'ordre technique et qu'aucune aide militaire n'était à l'ordre du jour. A New York, le secrétaire général de l'Onu et le Conseil de sécurité des Nations unies ont condamné jeudi les attaques des djihadistes irakiens et ont appelé la communauté internationale à soutenir le gouvernement et le peuple irakiens. "ILS NE TIENDRONT PAS LONGTEMPS" Les djihadistes de l'organisation sunnite de l'EI, qui a proclamé un califat dans les zones qu'elle contrôle en Syrie et en Irak, ont poursuivi leur progression dans le nord de l'Irak jeudi en s'emparant de plusieurs villes, dont Karakoch, qui abritait la plus importante communauté chrétienne du pays. Plus de 150 000.chrétiens ont quitté sept villes et villages chrétiens du nord de l'Irak, selon le CSCI, qui parle d'un "véritable désastre humanitaire". "Les communautés à Erbil et d'Ankawa dans le Kurdistan irakien et les organisations humanitaires essaient de s'organiser pour faire face à cet afflux de réfugiés mais ils sont dépassés par les événements", a dit Antoni Yalap. La situation est également critique pour les populations qui se trouvent encore sur la route entre Karakoch et Erbil, une zone montagneuse où la température peut grimper jusqu'à 50 degrés, a-t-il souligné. "Les personnes les plus fragiles, notamment les femmes les enfants les vieillards ne peuvent pas faire face à ces conditions climatiques extrêmes", a-t-il dit. "Sous des chaleurs écrasantes ils ne tiendront pas longtemps", a-t-il ajouté, citant pour exemple les 70 enfants yazidis, une minorité kurdophone persécutée par les islamistes, "morts de soif" ces derniers jours dans les montagnes de Sinjar. Selon les comités de soutien en France, l'Irak comptait 1,5 million de chrétiens avant la première guerre du Golfe. Ils ne seraient plus que 350.000 à 400.000 aujourd'hui. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant