L'aide française à la Grèce sera votée dès la rentrée 

le
0
La France doit apporter sa garantie au Fonds européen de stabilité financière (FESF). Une mesure qui ne pèsera pas sur le déficit public, assure Bercy.

Le projet de loi de finances rectificative présenté ce lundi en Conseil des ministres par le ministre de l'Économie François Baroin, et sa collègue du Budget Valérie Pécresse - projet qui intègre le deuxième dispositif de soutien à la Grèce -, sera soumis au Parlement dès septembre, au cours d'une session extraordinaire. Il s'agit de traduire «le plus vite possible dans le droit français les mesures prises par les États membres le 21 juillet dernier» , explique-t-on dans l'entourage des deux ministres. Cette accélération du calendrier est un impératif pour «rétablir la confiance des marchés». Chaque pays européen doit faire de même avec son Parlement.

Concrètement, il s'agit de permettre au Fonds européen de stabilité financière (FESF) d'être plus flexible. Comme le rappelle le communiqué du Conseil des ministres, celui-ci pourra désormais prêter à un État de manière préventive, «à titre de précaution» ; il pourra également «financer la rec

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant