L'aide à la création d'entreprise doit «cibler» les chômeurs les plus fragiles

le
0

Cinq ans après son lancement, le dispositif Nacre d'aide à la création d'entreprise par des personnes durablement privées d'emploi. Mais l'Igas et l'IGF estiment qu'il doit cibler davantage les «publics les plus fragiles»

Bien mais peut mieux faire. Telle est, en substance, la conclusion du rapport de l'Inspection générale des Affaires sociales (Igas), et de l'Inspection générale des Finances (IGF), publié ce mardi, à propos du dispositif Nacre d'aide à la création d'entreprise par des demandeurs d'emploi ou des bénéficaires de minima sociaux comme le RSA.

Mis en place le 1er janvier 2009, dans le cadre de la convention «Agir pour l'emploi», le Nouvel accompagnement à la création et à la reprise d'entreprise (Nacre) vise, notamment, à remédier aux «difficultés structurelles d'accès aux crédits bancaires» des chômeurs, lorsqu'ils créent ou reprennent une entreprise, en leur proposant des avances remboursables, sans intérêt, afin de «consolider les fonds ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant