L'aide à Chypre pourrait atteindre 6 à 10 milliards d'euros

le
1
L'aide à Chypre pourrait atteindre 6 à 10 milliards d'euros
L'aide à Chypre pourrait atteindre 6 à 10 milliards d'euros

NICOSIE (Reuters) - Chypre, devenu le cinquième pays de la zone euro à se faire appel à une aide financière de l'Union européenne, pourrait avoir besoin d'une somme représentant plus de la moitié de son produit intérieur brut (PIB), rapporte mardi la presse locale.

Nicosie a formellement présenté lundi sa demande d'aide sans en préciser le montant mais en expliquant avoir besoin de fonds aussi bien pour protéger son secteur financier exposé à la Grèce que pour combler son déficit budgétaire.

Fortement exposé à la crise grecque, Chypre doit trouver au moins 1,8 milliard d'euros - soit 10% de son produit intérieur brut (PIB) - d'ici à samedi pour recapitaliser Cyprus Popular Bank, numéro deux de son secteur bancaire.

Le ministre des Finances, Vassos Shiarly, a en outre déclaré que le pays demanderait une somme suffisante pour l'aider à couvrir ses besoins de financement.

La presse chypriote rapporte que le montant total de l'aide, que Nicosie définira dans les semaines à venir, pourrait être compris entre six et 10 milliards d'euros.

D'après le journal Phileleftheros, les sommes demandées devraient dépasser six milliards tandis que le quotidien Politis évoque une aide pouvant aller jusqu'à 10 milliards.

Avec 17,3 milliards d'euros de produit intérieur brut, Chypre figure parmi les trois plus petites économies de la zone euro, avec Malte et l'Estonie.

Avant Chypre, la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Espagne ont déjà dû solliciter un plan de sauvetage, Madrid ne s'y étant toutefois résolu que pour ses banques.

La demande à l'Union européenne intervient au moment où Nicosie s'apprête à en prendre la présidence tournante le 1er juillet.

Chypre a hésité pendant des semaines entre une demande d'aide à l'Union européenne (UE) et un prêt bilatéral que pourraient lui consentir la Russie ou la Chine et qui reste, semble-t-il, d'actualité.

"Nous poursuivons nos efforts pour la mise en place d'un prêt bilatéral", a déclaré Stefanos Stefanou, porte-parole du gouvernement chypriote.

La Russie a déjà prêté 2,5 milliards d'euros à Chypre fin 2011, une somme qui n'est pas suffisante pour couvrir les besoins du pays au-delà de cette année. En 2013, Chypre doit refinancer 2,25 milliards d'euros de dettes.

Michele Kambas, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2281105 le mardi 26 juin 2012 à 09:16

    On est vraiment mal barré avec Chypre à la présidence tournante de l'UE.Ils n'ont qu'à demander des sous à la Russie ou à la Chine. Ce serait beaucoup difficile qu'avec l'UE. Nous sommes des poires !