L'agression du policier de Mulhouse, une tentative d'assassinat

le
0

MULHOUSE, Haut-Rhin (Reuters) - L'enquête sur la violente agression dont a été victime un gardien de la paix mulhousien dans la nuit de samedi à dimanche s'oriente vers l'ouverture d'une information judiciaire pour tentative d'assassinat, a dit lundi le procureur de Mulhouse.

Le policier de 37 ans, qui rentrait chez un ami quand sa voiture a été bloquée par une quinzaine d'individus cagoulés, à Kingersheim, a reçu des coups de bâton, de pied et de poing au visage, lui occasionnant une fracture faciale qui n'a pas encore permis aux enquêteurs de l'entendre.

Laissé inconscient dans sa voiture à laquelle ses agresseurs avaient mis le feu, le fonctionnaire s'était réveillé à temps pour éteindre les flammes.

"Ce n'est ni plus ni moins qu'une tentative d'assassinat. C'est un guet-apens avéré", a affirmé le procureur, Hervé Robin, lors d'une conférence de presse.

Toujours hospitalisé, contrairement à ce que laissait entendre une source syndicale dimanche soir, le policier doit subir mardi une opération de reconstruction faciale.

Aux secours appelés par un voisin, témoin de la scène, il a eu le temps d'indiquer qu'il avait été traité de "sale flic".

Les enquêteurs n'ont pour l'instant "aucune idée" des motifs de l'agression mais elle pourrait être en rapport avec le travail antérieur du fonctionnaire, estime le procureur.

Le policier, qui exerçait depuis juillet un mi-temps thérapeutique au Service d'information et de communication du commissariat de Mulhouse, après un arrêt de travail d'un an et demi, était précédemment en poste au commissariat de Wittenheim, une commune de la banlieue mulhousienne dont la compétence s'étend à Kingersheim.

Patrick Genthon, avec Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant