L'agence Moody's menace de dégrader les États-Unis

le
0
Douche froide pour Washington. Tandis que le gouvernement annonçait mardi une stabilisation du déficit commercial des États-Unis, à 42 milliards de dollars en juillet, après trois mois de recul, et au moment où l'indice de confiance des petites entreprises rebondissait pour le mois d'août, c'est l'agence Moody's qui mettait fermement en garde le pays contre sa dette.

Quel que soit le résultat des élections présidentielles du 6 novembre prochain, l'agence privera les États-Unis de leur «Aaa», la meilleure note possible, si le Congrès ne trouve pas en 2013 le moyen de réduire son ratio par rapport au PIB du pays, affirme-t-elle.

Cette dette est actuellement de 16 046 milliards de dollars, soit environ 103 % du produit intérieur brut. Et son plafond est fixé à 16 394 milliards de dollars. L'agence, sans le dire, fait référence au «fiscal cliff», le «mur budgétaire», qui menace le pays. Il veut que, sans accord d'ici à la fin de l'année entre les démocrates et les républicains sur les moyens de réduire la dette publique, plusieurs mesures de relance et de réductions d'impôts prennent automatiquement fin au 1er janvier 2013. Et ce au moment même où entreront en vigueur des baisses automatiques de dépenses publiques.

«Si ces négociations débouchent sur des mesures spécifiques entraînant une stabilisation puis la mise

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant