L'agence de surveillance britannique a espionné des journalistes

le
0

LONDRES, 19 janvier (Reuters) - L'agence centrale britannique de surveillance, le Government Communications Headquarters (GCHQ), a récupéré des courriers électroniques de journalistes travaillant pour des organes de presse américains, britanniques et français, rapporte le quotidien britannique The Guardian citant des documents fournis par l'ancien employé de la NSA Edward Snowden. Les courriers électroniques de journalistes du New York Times, du Washington Post, du Guardian, du Sun, du Monde, de NBC, de la BBC et de Reuters ont été récupérés parmi 70.000 autres lors d'un exercice de surveillance d'une dizaine de minutes un jour de novembre 2008, précise The Guardian. Ces e-mails allaient de communiqués de presse à des discussions entre des journalistes et des chefs de service sur des articles en cours de rédaction. Le GCHQ a simplement piraté des câbles de fibre optique pour récupérer ces courriels, les stocker et ensuite les partager sur son intranet dans le cadre de l'exercice. Les documents du renseignement britannique dévoilés par Edward Snowden révèlent une évaluation des risques faite par le GCHQ qui estime que les journalistes d'investigation constituent une menace, de même que les terroristes et les hackers. "Toutes les opérations du GCHQ sont menées conformément au strict cadre légal et politique qui garantit que nos activités sont autorisées, nécessaires et proportionnées et qu'il existe un rigoureux contrôle", a dit le CGHQ dans un communiqué. (Kylie MacLellan; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant