L'agence de publicité Jésus couronnée pour Mikado

le
0
L'agence de publicité Jésus couronnée pour Mikado
L'agence de publicité Jésus couronnée pour Mikado

En rendant son très confortable tablier de président de l'agence Leg, filiale d'Havas, il y a plus de deux ans pour créer Jésus, sa propre agence, Gabriel Gaultier, 56 ans, une des stars de la publicité en France, a assouvi deux rêves. Celui de devenir son propre patron et donc d'être 100 % indépendant, et celui de redonner ses lettres de noblesse à la publicité alimentaire qui, selon lui, se trouvait « dans un état désastreux ».

Une agence dédiée à la publicité alimenataire

Car Jésus a adopté un modèle d'agence unique au monde, celui de se consacrer à un seul secteur, à savoir l'alimentaire. Face à une communication corporate de plus en plus puissante, la publicité alimentaire a perdu de sa saveur, estime Gabriel Gaultier, qui regrette la belle époque où les Français connaissaient tous les slogans comme « On se lève pour Danette » ou « Pas d'erreur, c'est Lesieur ».

«En s'appelant Jésus, ajoute-t-il, on assume aussi notre côté provocateur à la Jean Yanne»

« La publicité pour la bouffe, c'est le noyau dur de la communication, elle doit parler à tous, être populaire, enchanter les foules et les irriter », s'emballe Gabriel Gaultier qui déclare aimer immodérément la publicité et faire bonne chère. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard s'il a nommé son agence Jésus. « Bien se nourrir, c'est un don et c'est sacré et, en France, c'est culturel. L'image de la Cène n'est pas sans rappeler les tablées de copains et ou les repas du dimanche autour d'un bon plat », explique le publicitaire. « En s'appelant Jésus, ajoute-t-il, on assume aussi notre côté provocateur à la Jean Yanne et notre volonté de faire une publicité provocatrice, populaire et décomplexée. »

«C'est une grande leçon d'humilité de créer sa propre boîte »

Alors que son agence s'apprête à fêter ses 2 ans, Gabriel Gaultier ne regrette pas une seconde d'avoir quitté l'univers d'un géant comme Havas. Mais il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant