L'Afssaps renonce à promouvoir une ex-experte de Servier

le
1

PARIS (Reuters) - L'Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) a renoncé mercredi sous la pression à promouvoir une ancienne experte des laboratoires Servier qui a suivi l'évaluation du Mediator, le médicament au centre d'un scandale.

Catherine Rey-Quinio, ex-experte pour Servier d'une molécule "cousine" du Mediator, a suivi pour l'Afssaps l'évaluation de ce médicament, qui est accusé d'avoir provoqué la mort de 500 à 2.000 personnes en France avant son retrait en 2009.

"Ça crée un doute, et le doute n'est pas permis", a dit à Reuters Dominique Maraninchi, directeur général de l'Afssaps. "Il y a eu un drame, je respecte les victimes, et je ne veux pas que leurs mémoires soient humiliées par un quelconque symbole."

Dominique Maraninchi a indiqué que Catherine Rey-Quinio avait retiré sa candidature au poste de "préfigurateur" de la direction de la cancérologie et de l'hématologie de l'Afssaps auquel elle avait été nommée lundi.

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, avait déclaré mercredi matin, avant l'annonce de l'Afssaps, qu'il s'opposerait à sa promotion après que les détails de son parcours professionnel eurent été révélés par Le Figaro.

"Je n'aime pas cela. Et si on veut clairement montrer qu'il y un 'avant' et un 'après' Mediator, cette personne ne peut pas assurer à l'avenir des fonctions de directrice au sein de l'Afssaps", avait-il déclaré sur France Info.

Critiquée pour son inertie présumée dans l'affaire du Mediator, l'Afssaps doit être remplacée par une Agence de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

ISOMÉRIDE ET MEDIATOR

Dans le cadre de cette réforme, quinze nouvelles directions doivent être créées.

"C'est pour préparer ce travail que nous avons identifié des préfigurateurs", a dit Dominique Maraninchi, précisant que les directeurs seraient ensuite nommés par le conseil d'administration de la nouvelle agence.

"Je prends acte que même sur un travail interne de préfiguration, toute personne qui a été impliquée directement ou indirectement (dans l'affaire du Mediator-NDLR) ne doit pas apparaître", a-t-il ajouté.

Catherine Rey-Quinio reprendra donc ses anciennes fonctions,

l'évaluation des produits soumis à une autorisation de mise sur le marché.

Avant de rejoindre l'Afssaps, où elle a suivi l'évaluation du Mediator de 1998 à son retrait du marché en 2009, Catherine Rey-Quinio a été en charge de l'Isoméride au sein des laboratoires Servier, un coupe-faim dont la molécule est proche de celle du Mediator et qui a été retiré du marché en 1997.

D'après Le Figaro, sa promotion aurait "fait grincer des dents et jaser dans les couloirs de l'Afssaps".

La pneumologue Irène Frachon, qui a écrit un ouvrage sur l'affaire du Mediator, s'est dite surprise par cette promotion.

"C'est étonnant parce qu'on peut imaginer qu'ayant été responsable de l'Isoméride, elle connaissait bien cette molécule, et il est étonnant qu'elle ne se soit pas inquiétée de la molécule Mediator (...) Ça pose quand même le problème de sa compétence", a-t-elle déclaré sur RTL.

Coupe-faim présenté comme un antidiabétique, le Mediator des laboratoires Servier avait été laissé sur le marché bien longtemps après son interdiction dans d'autres pays comme l'Espagne ou les Etats-Unis et malgré de multiples alertes de certaines autorités sanitaires.

Dans le sillage de ce scandale, les députés français ont voté début octobre un projet de loi réformant la sécurité sanitaire qui propose notamment de rendre obligatoires les déclarations de conflits d'intérêts dans le monde de la santé, et prévoit la création de l'ANSM en remplacement de l'Afssaps.

Chine Labbé

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4661438 le mercredi 23 nov 2011 à 15:44

    cela me parait être un minimum !