L'Afssaps et la «confidentialité»

le
0
À l'agence, l'ambiance est tendue depuis qu'a éclaté l'affaire du Mediator.

Exemple de ce climat délétère avec l'Actos. La réunion prévue pour décider la suspension ou non des antidiabétiques Actos et Competact (laboratoire Takeda), soupçonnés de favoriser les cancers de la vessie est programmée le jeudi 9 juin au matin. Tout le monde attend les résultats d'une étude menée par l'Assurance-maladie. Le mercredi 8 au soir, Évelyne Falip, une des dirigeantes de l'Agence, écrit aux experts pour leur expliquer que les résultats ne peuvent leur être communiqués avant la réunion. Raison invoquée: ils viennent juste d'être remis à l'Afssaps. Or la Cnam lui avait rendu sa copie... le lundi 6 juin, comme nous l'avions d'ailleurs révélé.

«L'article du Figaro ci-joint mis en ligne sur le site Internet du journal dès le 9 juin cite une partie de l'e-mail que je vous ai adressé mercredi dernier», écrit Évelyne Falip dans un mail du 16 juin envoyé à une trentaine de personnes, intitulé «devoir de confidentialité». Elle estime que ce

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant