L'Afrique, portée par ses classes moyennes

le
0
Un milliard d'habitants aujourd'hui, 2 milliards en 2050 et autant de nouveaux consommateurs potentiels: la demande intérieure soutiendra la croissance en Afrique. Mais les risques géopolitiques restent vifs.

L'actualité nous renvoie l'image d'une Afrique instable politiquement, étranglée par la corruption, divisée par les conflits étatiques et ethniques, elle n'en reste pas moins et même peut être plus que jamais une terre de promesses économiques. Les perspectives de croissance à faire pâlir les économies développées s'expliquent essentiellement par l'essor de la demande intérieure, liée à l'émergence d'une classe moyenne dans un grand nombre de pays.

De fait, le développement du continent qui connait une croissance de près de 5% depuis plusieurs années, ne profite plus seulement aux élites. Dans une récente étude, intitulée «la pauvreté en Afrique est en train de chuter... beaucoup plus vite que vous ne le pensez!», les économistes Xavier Sala-i-Martin et Maxim Pinkovskiy mettent en lumière le lien direct entre la hausse du PIB et la baisse de la pauvreté. A ce rythme, les experts estiment même que l'objectif du millénaire pour le développement de diminu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant