L'Afrique au sommet, c'est pour 2063

le
0
Nkosazana Dlamini-Zuma prédit à l'Afrique qu'elle deviendra la 3e puissance économique mondiale en 2063.
Nkosazana Dlamini-Zuma prédit à l'Afrique qu'elle deviendra la 3e puissance économique mondiale en 2063.

Utopiste ou visionnaire ? Difficile à dire... Une chose est sûre, le discours de la présidente de la commission, Nkosazana Dlamini-Zuma, lors du 22e sommet de l'Union africaine (UA) en Éthiopie, laisse songeur. En ouverture de la réunion, la Sud-Africaine avait en effet choisi de livrer sa vision globale du continent, non pas en 2013, mais un demi-siècle plus tard, en 2063. Dans un e-mail fictif, destiné à son "cher Kwame" (Nkrumah, NDLR), panafricaniste ghanéen des années 1960, Dlamini-Zuma se plaît à dépeindre le triomphe du continent noir : uni linguistiquement, siégeant au Conseil de sécurité de l'ONU et devenu un géant économique.

Ses prédictions ne se bornent pas à évoquer un train à grande vitesse sillonnant les pays ou les fusées lancées en orbite par l'agence spatiale 100 % africaine. Le discours de Nkosazana Dlamini-Zuma se berce d'une forme de syncrétisme panafricain. En effet, à en croire l'augure sud-africain, dès 2051, les 55 nations du continent formeront une nation, une et indivisible : la Confédération des États africains. Héritière de l'Union africaine, cette confédération symbolise la prise de conscience des Africains que seules "l'intégration et l'unité" permettraient au continent d'"exploiter pleinement ses avantages". Un ultime pied de nez pour la présidente de la commission à tous ceux qui, au début du XXIe siècle, ne croyaient pas en l'Afrique. "Ils nous appelaient le continent sans espoir (...), en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant