L'Afpa, un organisme de formation dans le rouge

le
3
L'AFPA EN SITUATION FINANCIÈRE DIFFICILE
L'AFPA EN SITUATION FINANCIÈRE DIFFICILE

PARIS (Reuters) - L'Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa), un des plus anciens organismes de formation continue de France, est en situation financière "très délicate", écrit la Cour des comptes dans un rapport publié mercredi.

Les auteurs de ce document pointent du doigt des "erreurs stratégiques successives", des difficultés d'adaptation, une gestion des ressources humaines "insuffisamment rigoureuse" et une réduction tardive des charges de fonctionnement, avec, notamment un nombre trop grand d'implantations (216 début 2013).

L'Afpa, qui a enregistré une perte de 91,8 millions d'euros en 2012 - environ 10% de son chiffre d'affaires - a bénéficié d'une aide de l'Etat en juin 2013, sous la forme d'obligations associatives pour un montant de 110 millions d'euros.

L'objectif fixé pour 2013, en termes de chiffre d'affaires, a été raté de 30 millions d'euros.

Fondée en 1946 pour fédérer 146 centres créés dans l'immédiat après-guerre pour remettre à niveau des adultes dans le bâtiment et la métallurgie, l'Afpa a été longtemps un organisme de référence pour la formation des chômeurs.

Mais soumise depuis 2009 aux règles de mise en concurrence des organismes de formation, "elle est devenue un acteur parmi d'autres sur le marché de la formation professionnelle", lit-on dans le rapport.

L'Afpa, qui a accueilli en 2012 plus de 150.000 stagiaires, notamment des demandeurs d'emploi non cadres, ne représente plus aujourd'hui que 5% du chiffre d'affaires total de la formation continue des adultes.

"Ainsi, entre 2007 et 2013, l'Afpa a perdu près de 33% de stagiaires, demandeurs d'emploi ou publics spécifiques", précise la Cour des comptes. Une diminution qui n'a pas été compensée par un accroissement de sa participation dans les plans de formation des entreprises.

Ce rapport, rédigé pour l'essentiel avant l'accord de décembre dernier entre les partenaires sociaux sur une réforme de la formation professionnelle, illustre les difficultés d'un secteur dont le gouvernement entend faire une arme contre le chômage de masse en France.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5441845 le mercredi 29 jan 2014 à 14:05

    "mise en concurrence".Le tri se fait tout seul, les mauvais ne résistent pas.

  • M1765517 le mercredi 29 jan 2014 à 13:53

    On parle de chiffre d'affaire ? ah bon je croyais que c'était les cotisations des employeurs.Belle réthorique !

  • M4426670 le mercredi 29 jan 2014 à 13:50

    A mon avis, tout ne doit pas être perdu pour tout le monde; Vont ils devoir rembourser les "aides de l'Etat"?