L'Afghanistan voit une chance de tourner la page

le
0
Le président Karzaï appelle les talibans à déposer les armes. Mais ceux-ci mènent une lutte distincte d'al-Qaida.

«C'est l'un de nos ennemis qui vient de mourir», se réjouit le commandant Muslim, ancien compagnon d'armes de Massoud. Surnommé «le lion du Panchir», Ahmed Chah Massoud avait mené avec ses partisans un combat farouche contre le régime des mollahs installé à Kaboul au milieu des années 1990. Les talibans ne parvenaient pas à le déloger de son repère dans les contreforts de l'Hindu Kuch. Ce furent des hommes de Ben Laden qui l'éliminèrent en septembre 2001, peu avant l'attentat contre les tours jumelles de New York.

Les talibans et al-Qaida coopéraient étroitement, mais ils n'avaient pas les ­mêmes objectifs. Avant les attentats du ­11-Septembre, le mollah Omar, chef du régime taliban, aurait passé un accord avec Oussama Ben Laden, selon un spécialiste occidental : la tête de Massoud en échange du feu vert pour attaquer les États-Unis, dont les représailles contre l'Afghanistan étaient prévisibles. L'entente entre les deux dirigeants n'était pas parfait

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant