L'Afghanistan se prive de ses trésors miniers

le
0
REPORTAGE - Kaboul, qui misait sur les richesses de son sous-sol, froisse les compagnies étrangères et pourrait perdre son pari.

Après le départ des forces étrangères, qui actuellement assurent 80 % de son PIB, l'Afghanistan mise sur les richesses de son sous-sol, estimées à trois trillions de dollars, pour sauver son économie. Un pari de plus en plus hasardeux. Cités en exemple, deux grands projets, celui de Mes Aynak, dans le Logar, d'où devaient être extraits six millions de tonnes de cuivre, et celui d'Hajigak, dans la province de Bamyan, avec ses deux milliards de tonnes de fer, connaissent de multiples contretemps, le récent départ du ministre des Mines rendant encore plus incertain l'avenir de ce secteur industriel.

En septembre, la compagnie chinoise Metallurgic Corporation of China (MCC) a annoncé qu'elle souhaitait renégocier son contrat d'exploitation du site de Mes Aynak. Un choc pour le gouvernement, qui attendait depuis 2007 que la compag...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant