L'Afghanistan s'attaque à la corruption de ses élites

le
0
Une longue bataille est engagée par quelques ministres et ONG pour lutter contre la tradition des passe-droits et des prébendes.

Le Dr Hazrat Omar Zakhilwal, ministre de la Justice d'Afghanistan, aurait pu connaître le même sort que son collègue de l'Intérieur, le général Mujtaba Patang, destitué par une motion de censure du Parlement afghan fin juillet, au prétexte d'une mauvaise gestion de la sécurité du pays. Également convoqué devant le Parlement au printemps dernier, le Dr Zakhilwal a trouvé la parade. Prenant les députés par surprise, le ministre a dénoncé les abus de pouvoir de six d'entre eux, devant les objectifs des télévisions nationales. «Je voulais modifier le climat en ma faveur», explique Zakhilwal, qui a été soumis à trois motions de censure en treize mois. Il a accusé un député d'avoir introduit clandestinement 4385 camions de farine depuis le Pakistan ; un autre d'avoir importé illégalement du pétrole et même de l'alcool, substance interdite ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant