L'affront de l'Amérique au président Karzaï

le
0
Les États-Unis s'apprêtent à engager des négociations directes avec les talibans à Doha.

Le président Hamid Karzaï est ce Pachtoun distingué, cultivé mais indécis, auquel les Américains ont fait appel, en novembre 2001, pour diriger l'Afghanistan, après qu'ils en eurent chassé les talibans grâce à leurs supplétifs tadjiks et ouzbeks de l'Alliance du Nord. Cet homme, qui parle bien anglais et s'habille avec élégance, n'a aucune envie de jouer le dindon de la farce, maintenant que les Américains se sont lassés d'essayer de pacifier le «Royaume de l'insolence». Il ne se sent pas la vocation d'un premier ministre sud-vietnamien à la charnière des années 1974-1975, que l'Amérique va abandonner comme on jette une vieille serpillière ayant trop servi. À peine les bureaucrates froids de Washington avaient-ils fait mine de le mettre à l'écart d'une négociation importante à Doha avec les talibans, que Karzaï se rebiffe en faisant annoncer par son porte-parole qu'il sus...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant