L'affaire Vincent Lambert devant la Cour européenne des droits de l'Homme

le
0
L'affaire Vincent Lambert devant la Cour européenne des droits de l'Homme
L'affaire Vincent Lambert devant la Cour européenne des droits de l'Homme

C'est la dernière station sur le chemin de croix de Vincent Lambert et de sa famille déchirée. La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) se penche ce mercredi sur le sort de cet homme tétraplégique en état végétatif devenu l'objet d'une tragédie familiale sur fond de débat national sur la fin de vie. Faut-il laisser partir  la vie quand plus rien ne semble la retenir ? Faut-il croire qu'une autre vie, très différente, a surgi du silence de Vincent ? 

Après s'être déchirés dans les prétoires français, les protagonistes de cette affaire à rebondissements se retrouvent pour une audience devant les juges européens. La décision que rendra la Grande Chambre, pas avant un mois ou deux, sera la dernière. 

Examiner la conformité de la décision française aux textes européens

Victime d'un grave accident de la route en 2008, Vincent Lambert, 38 ans, souffre de lésions cérébrales irréversibles. En état végétatif chronique, il est actuellement hospitalisé dans un service de soins palliatifs à Reims.

Ses parents, ainsi que l'une de ses s½urs et un demi-frère, contestent devant la CEDH la décision du Conseil d'Etat, en juin, d'autoriser l'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation artificielles qui maintiennent Vincent en vie.

Cette décision médicale avait été prise il y a un an, avec l'accord de son épouse Rachel, ancienne infirmière aujourd'hui au chevet de son mari, de cinq frères et s½urs, et d'un neveu, avant d'être annulée par un tribunal administratif, puis validée in fine par la plus haute juridiction administrative française.

Mais la saisine de la CEDH, à Strasbourg, avait tout suspendu, le temps que les magistrats examinent le dossier à leur tour. Son rôle est d'examiner la conformité de la décision française aux textes européens. Le conseil d'Etat avait estimé que l'arrêt des traitements était conforme à la loi Leonetti de 2005 sur la fin de vie et ce qu'il mettait fin à des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant