L'affaire Magnitski braque l'Occident 

le
0
La mort dans une prison russe de ce juriste envenime la relation entre Washington et Moscou.

Tout comme l'affaire Khodorkovski, la mort dans une prison russe, à l'automne 2009, du juriste Sergueï Magnitski, braque l'Occident contre la Russie. La polémique, qui entoure le décès, dans des circonstances controversées, de cet expert de 37 ans, s'est déplacée du terrain judiciaire à la sphère politique, mettant aux prises Washington et Moscou. Dans une interview au magazine Time, le sénateur démocrate Ben Cardin a assimilé la mort de Magnitski à un «crime contre l'humanité». Le parlementaire a établi une liste de 60 officiels russes, accusés d'avoir soit trempé dans cette affaire, soit couvert des agissements «criminels».

À son tour, le département d'État a confectionné sa propre liste noire d'une dizaine d'apparatchiks jugés indésirables sur le territoire américain. Y figurerait notamment, selon le quotidien Kommersant, Alexeï Anitchin, ancien chef du comité d'enquête du ministère de l'Intérieur.

Depuis, c'est l'escalade: en guise de représaille

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant