L'affaire Li Zhuang, un test pour les réformes en Chine

le
0
Les droits de la défense sont au cœur d'un procès dans le fief de Bo Xilai, l'étoile montante du parti.

Ni la ville ni l'homme ne sont vraiment connus, au-delà des frontières chinoises. Et pourtant, l'affaire Li Zhuang, un avocat emprisonné à Chongqing, est un moment essentiel dans la marche vers l'État de droit en Chine. Et, plus généralement, pour l'avenir des réformes en Chine.

L'avocat de 50 ans a été accusé d'avoir incité un client au faux témoignage. L'affaire a pour cadre l'opération «mains propres» lancée en 2009 dans la gigantesque métropole sudiste de Chongqing. Li Zhuang assurait la défense d'un chef mafieux, Gong Gangmo, jugé pour meurtres, trafic de drogue et d'armes. Or, les autorités ont fini par l'accuser d'avoir poussé son client à dénoncer des tortures de la part de la police. En janvier 2010, l'avocat est condamné à deux ans et demi de prison, peine réduite à 18 mois pour sa «coopération». Mardi, Li Zhuang est retourné devant le tribunal, là encore pour fabrication de faux témoignage. Mais vendredi, les chefs d'accusation

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant