L'affaire Kabananga

le
0
L'affaire Kabananga
L'affaire Kabananga

Le club d'Anderlecht pourrait-il être prochainement interdit de recrutement ? Suspecté de fraude par la FIFA, le RSCA est en tout cas sur le point de perdre le litige qui l'oppose depuis quatre ans au petit club kinois des Aigles verts, au sujet des indemnités de formation dans le dossier Junior Kabananga.

Les temps changent, mais certaines choses restent immuables. Au petit jeu des transferts frauduleux, le club belge d'Anderlecht fait preuve d'une constance remarquable depuis des années. Déjà inquiétés dans le cadre du transfert controversé de Chancel Mbemba, les dirigeants du RSCA sont cette fois dans le viseur de la FIFA au sujet de l'international congolais Junior Kabananga Kalunji. Recruté en 2010, l'attaquant âgé de 25 ans n'a jamais vraiment convaincu dans la capitale bruxelloise et évolue désormais au Cercle Bruges, en Jupiler League. En tout et pour tout, il n'a joué que sept matchs chez les Mauves dans toute sa carrière, pour un seul but marqué. Mais son influence sur la destinée du club belge pourrait bientôt dépasser le cadre du terrain, à mesure que les verdicts combinés de la chambre des litiges et de la commission de discipline de la FIFA se profilent dans le plus grand secret, après plus de quatre ans de procédure, d'esquives et d'entourloupes.
Le réseau belge en RDC
Pour bien comprendre l'histoire, il faut retourner dix ans en arrière, à l'époque où Junior était encore adolescent. Licencié au petit club CS Aigles verts, il fait ses gammes dans les artères poussiéreuses et colorées de la capitale Kinshasa. "Kabananga est notre joueur, c'est nous qui l'avons formé" raconte Jean-Pierre Bongwalanaga, le secrétaire sportif des Aigles, en marchant d'un pas vif sous la moiteur ambiante : "Il a joué près de quatre saisons chez nous avant de partir". D'avril 2001 à novembre 2005, pour être précis, comme le prouve le passeport du joueur fourni par la Fédération congolaise (FECOFA). À l'âge de 15 ans, le joueur quitte le club pour enchaîner trois saisons sèches au FC Okinawa, à l'AS Vita club et au FC Ngwena, basé à Lubumbashi. C'est à ce moment que son destin va basculer : il est alors repéré par Max Mokey, un homme d'affaires aux méthodes troubles, président du MK Étanchéité.

Récemment sorti de prison, Max Mokey est avant tout connu pour être le fournisseur d'Anderlecht en République démocratique du Congo. Surnommé "le mafiateur de Kinshasa", il observe et recrute les talents potentiels avant de les confier à l'agent de liaison Fabio Baglio, qui réside en Belgique et passe à l'occasion en RDC. Bien rodé, le duo s'est...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant