L'affaire du double meurtre avance grâce aux experts

le
0
Les dernières avancées des policiers de Salta ne sont pas étrangères au savoir-faire d'experts scientifiques argentins qui se sont formés en retrouvant la trace des «disparus» pendant la dictature militaire.

De réputation mondiale, ces derniers ont atteint un niveau d'excellence grâce aux multiples missions d'identification menées pour retrouver la trace des «disparus» pendant la dictature militaire qui frappa le pays entre 1976 et 1983, faisant 30.000 morts. Aujourd'hui encore, 300 cadavres ont été identifiés grâce à la création d'une banque du sang avec des échantillons de près de 600 familles. Spécialisée dans l'exhumation et l'identification de dépouilles pour les rendre à leur famille endeuillée, l'équipe argentine d'anthropologie légiste - Equipo Argentino de Antropología Forense, EAAF en espagnol - a par ailleurs été aiguillonnée par l'association des Mères de la place de Mai afin de retrouver les enfants nés en captivité et donnés en adoption après l'assassinat de leurs parents. Depuis, ces limiers argentins ont été envoyés sur divers théâtres de massacres comme en Haïti, au Kosovo, en Bosnie ou au Kurdistan.

LIRE AUSSI:

» Argentine: l'ADN

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant