L'affaire Dominici reste un mystère

le
0
Le 5 août 1952 à Lurs, trois corps étaient découverts. La famille de Gaston Dominici, condamné à mort puis gracié, ne cesse de demander sa réhabilitation. » DOCUMENT - Le procès verbal de constatation daté du le 5 août 1952

En une nuit, celle du 4 au 5 août 1952, Lurs bascule dans l'horreur. Ce pittoresque village des Alpes-de-Haute-Provence devient le berceau d'une des plus incroyables énigmes criminelles de l'après-guerre. Sir Jack Drummond, biochimiste anglais de grande réputation, son épouse lady Ann et leur fille Elizabeth, 10 ans, sont assassinés en bordure de la RN96, où ils avaient décidé de camper. Les cadavres des parents, tués par balle, sont retrouvés près de leur voiture, une Hillman Minx version break stationnée contre la borne kilométrique 32. Le corps de la fillette, dont le crâne a été fracassé à coups de crosse, est quant à lui découvert plusieurs dizaines de mètres plus loin, sur les rives de la Durance. «Des cadavres, en trente ans de police, j'en ai vu des dizaines (...). Mais penché au-dessus de cette petite fille massacrée, j'étais bouleversé, concéda le commissaire Edmond Sébeille, chargé l'affaire. Elizabeth, en pyjama bleu, reposait sur le do

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant