L'affaire des e-mails de Hillary Clinton resurgit

le
0
La candidate à l'investiture démocrate en vue de la présidentielle de novembre, Hillary Clinton, lors d'un meeting de campagne à Buena Park, en Californie, le 25 mai.
La candidate à l'investiture démocrate en vue de la présidentielle de novembre, Hillary Clinton, lors d'un meeting de campagne à Buena Park, en Californie, le 25 mai.

Une audit indépendant souligne que la candidate à l’investiture démocrate a enfreint certaines règles officielles alors qu’elle était secrétaire d’Etat.

Le supplice se poursuit pour Hillary Clinton. Mercredi 25 mai, le Washington Post a révélé le contenu d’un audit indépendant demandé par le département d’Etat à propos du dossier controversé du serveur et de l’adresse privés utilisés par la favorite de la course à l’investiture démocrate lorsqu’elle dirigeait la diplomatie américaine, de 2009 à 2013. Ses conclusions sont cruelles et affaiblissent les lignes de défense de l’ancienne First Lady.

Au terme de ses investigations, le contrôleur général saisi de cette affaire n’a pas trouvé d’éléments témoignant que Mme Clinton avait demandé un feu vert pour le dispositif dérogatoire mis en place. Les instances compétentes auraient-elles été saisies, « elles ne l’auraient jamais approuvé ». L’intéressée a toujours assuré, avant de reconnaître « une erreur », qu’elle avait suivi les règles.

Il note ensuite que Mme Clinton aurait dû confier ses archives au département d’Etat pendant son mandat, ou au moment de quitter Foggy Bottom, le quartier de Washington où il est installé, ce qu’elle n’a pas fait. Il précise que les documents livrés par la suite, à la demande du département d’Etat, n’étaient pas complets et précise que l’entourage de l’ex-First Lady a ordonné à des fonctionnaires qui s’inquiétaient de ce dispositif de ne plus en faire état.

Classification « top secret » Le rapport qui passe en revue les pratiques de cinq secrétaires d’Etat américains, depuis Madeleine Albright, montre que Mme Clinton n’a pas été la seule ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant