L'affaire Cahuzac éclabousse François Hollande

le
13
L'AFFAIRE CAHUZAC ÉCLABOUSSE FRANÇOIS HOLLANDE
L'AFFAIRE CAHUZAC ÉCLABOUSSE FRANÇOIS HOLLANDE

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - François Hollande sera forcément affecté par l'affaire Jérôme Cahuzac, qui porte un coup à la "République exemplaire" que le président appelait de ses voeux pour marquer une rupture avec des pratiques passées.

L'Elysée n'a pas tardé à réagir après les aveux de l'ancien ministre du Budget, qui a reconnu détenir un compte bancaire à l'étranger depuis une vingtaine d'années, ce qu'il niait depuis quatre mois.

Dans un communiqué aussi sévère que lapidaire publié peu après la confession, sur son blog, de Jérôme Cahuzac, le président de la République prend acte "avec sévérité" de l'aveu de l'ancien ministre, coupable d'une "faute impardonnable".

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a quant à lui dit sa "tristesse" et sa "consternation" devant la "cruelle vérité" d'un homme qui a "menti devant le président de la République, le Premier ministre et la représentation nationale".

Au-delà de Jérôme Cahuzac, nombre de réactions à droite comme à gauche, où la majorité socialiste est K.O. debout, prennent pour cible le chef de l'Etat.

Le Parti communiste dénonce un "scandale d'Etat" et une "bombe politique", le Front national une "affaire d'Etat", les écologistes "un drame pour la démocratie" tandis que l'UMP demande des explications au président, qui ne pouvait selon elle ignorer la vérité.

Cette affaire est "obligatoirement un mauvais coup pour François Hollande", pense Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d'OpinionWay.

Jean-Daniel Lévy, de l'institut Harris Interactive, souligne pour sa part que jusqu'ci, l'affaire Cahuzac avait eu peu d'impact sur le président, "les Français jugeant d'un côté la mise en cause de l'ancien ministre du Budget et de l'autre, l'action politique de François Hollande".

"S'il y avait la perception dans l'opinion que le président aurait couvert des faits juridiquement répréhensibles, cela pourrait prendre des allures d'affaire d'Etat, mais on n'en est pas là", ajoute le politologue.

MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE

Pendant la campagne électorale, François Hollande avait insisté sur la moralisation de la vie publique, au terme d'un quinquennat qui avait notamment vu les ministres Eric Woerth, Christine Lagarde et Michèle Alliot-Marie mis en cause à des degrés divers.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, n'a pas manqué d'y faire référence mardi soir en dénonçant un "mensonge" qui "signe définitivement la fin de la gauche morale et donneuse de leçons".

"François Hollande nous annonçait une 'République exemplaire'. Quel crédit accorder désormais à son équipe gouvernementale ?", ajoute celui qui se présente comme le chef de l'opposition.

Cette affaire "va jeter un soupçon de manière générale sur le comportement des politiques", pense Bruno Jeanbart. "Elle porte aussi un coup à l'idée qu'il y avait une différence entre Nicolas Sarkozy et François Hollande. Cela va donner le sentiment que droite et gauche, c'est pareil".

Pour autant, pense Jean-Daniel Lévy, la morale politique n'est pas au coeur des préoccupations des Français.

"Nous restons dans un pays politique et les raisons de l'affection de l'opinion ne sont pas liées à des dimensions de probité mais d'efficacité politique et de valeurs", dit-il.

A ses yeux, ce genre d'affaire "fait davantage le jeu de l'abstention, d'une forme de désaffection à l'égard des politiques que de l'extrémisme".

Déjà en berne dans les sondages, la cote de popularité du président devrait avoir d'autant plus de mal à se relever.

"C'est une difficulté supplémentaire pour espérer remonter fortement dans les semaines ou les mois qui viennent, ça risque de laisser une trace et de rendre plus difficile une reconquête même si c'est quand même toujours les questions économiques qui restent les plus importantes pour les Français", tempère Bruno Jeanbart.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.jenty le mercredi 3 avr 2013 à 08:18

    Pourvu que cela ne se termine pas comme Pierre Bérégovoy...

  • chatnour le mardi 2 avr 2013 à 23:47

    @lnbskin : en matière d'ISF, les nues-propriétés ne sont pas comptabilisées dans l'assiette. Par contre, pour a déclaration au CC, je l'ignore !

  • chatnour le mardi 2 avr 2013 à 23:45

    "les raisons de l'affection de l'opinion ne sont pas liées à des dimensions de probité" ? : oh que si et de plus en plus d'ailleurs ! Tous pourris, oui, encore plus sûrement qu'avant mais aujourd'hui, ça ne passe plus, mais alors plus du tout dans l'opinion et de ce point de vue, ça aura beaucoup plus de conséquences que vous ne pouvez l'imaginer ! Rendez-vous le 26 mai ou en tous cas à la prochaine manif pour en avoir la preuve !

  • 11246605 le mardi 2 avr 2013 à 23:25

    etonnant que Matignon ne se soit pas méfié de certains faits : Cahuzac était chirurgien plasticien et de plus consultant pharmaceutique, il doit donc avoir de sacrées rentrées d'argent. De plus qui a affirmé aux médias qu'UBS avait répondu négativement sur ses comptes ? Mais Matignon a t'il posé les bonnes questions, à savoir sur les années de détention de ces comptes. Et on veut nous faire croire que seul Cahuzac a menti ? Et bizarrement l'affaire Sarko est arrivé bien à propos...

  • frk987 le mardi 2 avr 2013 à 22:54

    Au boulot les journaleux, l'ISF de FH, pas très difficile à démontrer la fraude.........

  • knbskin le mardi 2 avr 2013 à 22:33

    Le reste ne peut que suivre. Que penser de la déclaration de patrimoine "déclaration ISF proforma" de Hollande au Conseil Constitutionnel (sauf erreur de ma part) ? Il n'y figure ni les nues propriétés, ni les parts de tontine, par exemple ? On éclaire le débat ? Chiche, Médiapart ?

  • knbskin le mardi 2 avr 2013 à 22:30

    Il n'est pas vraisemblable que Hollande et Ayrault n'aient pas SU, depuis le DEBUT de l'affaire - et du gouvernement. C'est un principe de base, classique, simple, de connaître le CV de ses collaborateurs, surtout avec les moyens d'un chef de parti (Hollande). Ou alors, c'est qu'ils sont d'une naïveté et d'une bêtise à pleurer.

  • uraniu88 le mardi 2 avr 2013 à 22:21

    Normal ou alors c'st un es.croc

  • M3435004 le mardi 2 avr 2013 à 21:37

    DEMISSION DU GOUVERNEMENT DISSOLUTION DE L'ASSEMBLEE !

  • M3435004 le mardi 2 avr 2013 à 21:36

    Le peuple français est en droit de demander des excuses publiques à Hollande pour tous les propos mensongers tenus pendant et après la campagne des élection,s présidentielles.