L'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle se chauffe? au bois

le
0

Les copeaux de bois, issus des forêts domaniales proches de l'aéroport, assurent le quart des besoins en chauffage de l'aéroport parisien et permettent d'«économiser» 18.000 tonnes de CO2 par an.

Aéroports de Paris joue la carte de l'écologie. Depuis cet hiver, l'immense aérogare de Roissy-Charles-de-Gaulle assure le quart de ses besoins en chauffage avec des résidus de bois issus de l'exploitation des forêts domaniales alentours: Senlis, Compiègne, L'Isle-Adam... Après une année de test, les deux chaudières d'une puissance de 7 mégawatts installées sur le site du grand «hub» parisien «fonctionnent à plein régime», explique à l'AFP son directeur, Franck Goldnadel.

Les 40.000 tonnes de bois qui seront brûlées chaque année ne se présentent pas sous forme de bûches ou de rondins mais de copeaux de bois broyé de quelques centimètres de long fournis par l'Office national des forêts (ONF) dans le cadre d'un partenariat.

«Réduire l'empreinte enviro...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant