L'adolescente arrêtée au Cameroun n'est pas une lycéenne de Chibok

le
0
    ABUJA, 31 mars (Reuters) - L'adolescente arrêtée vendredi au 
Cameroun alors qu'elle s'apprêtait manifestement à commettre un 
attentat-suicide n'est pas une des lycéennes enlevées en avril 
2014 à Chibok par la secte islamiste Boko Haram, a dit mercredi 
une association de soutien aux parents des jeunes otages. 
    La Fondation Murtala Muhammed (MMF), une association qui a 
noué un partenariat avec le gouvernement nigérian, dit avoir 
vérifié l'identité de la jeune fille et être parvenue à la 
conclusion qu'elle n'appartenait pas au groupe de lycéennes 
kidnappées il y a deux ans. 
    Sa directrice, Aicha Muhammed-Oyebode a expliqué que des 
représentants de parents des jeunes filles ont consulté des 
photographie de l'adolescente et de la femme en compagnie de 
laquelle elle a été arrêtée et que ni l'une ni l'autre n'ont été 
reconnues. 
    Elles "ne correspondent à aucune des descriptions faites des 
filles enlevées à Chibok", ajoute MMF. 
    Toutes deux ont été remises aux autorités militaires 
nigérianes, a encore indiqué la fondation. 
    Quelque 270 lycéennes ont été enlevées en avril 2014 lors 
d'un raid mené par des islamistes du mouvement Boko Haram à 
Chibok, dans le nord-ouest du Nigeria, non loin de la frontière 
camerounaise. Une cinquantaine d'entre elles ont réussi à 
s'évader. 
    Le rapt des lycéennes a suscité l'indignation au Nigeria et 
à travers la planète, où des personnalités influentes ont tenté 
de mobiliser les autorités pour les retrouver. 
 
 (Felix Onuah,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant