L'adieu aux Reds de Kevin Keegan

le
0
L'adieu aux Reds de Kevin Keegan
L'adieu aux Reds de Kevin Keegan

Liverpool a tout donné à Kevin Keegan, et vice versa. Alors quand il annonce au beau milieu de la saison 76-77 qu'il vit ses derniers mois en rouge, Anfield se met presque à détester son prodige. Mais Keegan n'aime pas partir fâché, et prend soin d'offrir un championnat et une Coupe d'Europe aux Reds avant de s'en aller. Une façon de reconquérir les cœurs, et d'écrire les dernières lignes de sa légende avec le club de sa vie.

Top 100 Angleterre - Kevin Keegan (2e)
Ces Reds étaient incroyables, sans doute les plus beaux de l'histoire de Liverpool. À partir de 1970 s'ouvre une décennie au cours de laquelle les Scousers avaient décidé de tout gagner. Sur sa ligne de but, Ray Clemence écœure tout ce qu'il peut d'attaquants adverses. En défense, il s'appuie sur l'indéboulonnable Phil Thompson, natif de la ville. Ian Callaghan, lui aussi born & raised à Liverpool, ratisse le milieu de terrain, tandis que, devant, ce sont John Toshack et Kevin Keegan qui régalent. Une bande qui a offert à Anfield ses plus belles années, en envoyant un nombre fou de trophées dans la vitrine du club. Arrivé en 1971, Kevin Keegan est depuis devenu le chouchou de ces gens, une icône incontournable. Un homme qui a marqué son premier but avec Liverpool en seulement 12 minutes de jeu ne pouvait que plaire. Débarqué à vingt ans à peine en pensant jouer au milieu de terrain, il est vite devenu le chef-d'œuvre de Bill Shankly, qui en a fait l'un des meilleurs attaquants du monde. Un coup de maître de la part du technicien, un plafond de la chapelle Sixtine footballistique. Mais au milieu de la saison 1976-1977, alors que Liverpool s'apprête à jouer la gagne en championnat et reste en lice en FA Cup et en Ligue des champions, Keegan brise le cœur de tout un peuple en annonçant qu'il quittera le club à la fin de la saison. Il ne sait pas encore où il ira, mais juste qu'il veut joueur ailleurs qu'en Angleterre. En un battement de cils, le héros est devenu paria.

L'arrivée de Keegan à Liverpool, " un vol avec violence "


Liverpool n'arrive pas à y croire. Comment Keegan, qui doit tout aux Reds, ose-t-il claquer la porte ? La réalité est que le départ de son mentor, Bill Shankly, l'a beaucoup marqué et qu'il n'a pas trouvé la même alchimie avec son remplaçant Bob Paisley. " Le départ de Bill a certainement joué un rôle dans ma décision de partir. Sans manquer de respect à Bob, mais quand Bill est parti, c'est comme si la moitié du club s'en allait, pour moi. Personne ne pouvait le remplacer ", déclarera Keegan peu après son départ. Un Bill Shankly qui, après avoir acheté le jeune Keegan au petit…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant