L'adieu aux armes de l'amiral Guillaud

le
0

Le chef d'état-major des armées françaises quittera ce vendredi le ­poste qu'il occupe depuis quatre ans pour le laisser au général Pierre de Villiers.

«Vous êtes des soldats magnifiques et grâce à vous je peux partir ­serein»: in extremis, l'amiral a fendu l'armure. Devant les militaires de «Serval» rassemblés dans le camp Damien-Boiteux, du nom du premier mort français de l'intervention au Mali, Édouard Guillaud a fait passer ses ultimes mes­sages - fierté, confiance.

Ce vendredi, le chef d'état-major des armées françaises (Cema) quittera le ­poste qu'il occupe depuis quatre ans pour le laisser au général Pierre de Villiers, un «terrien». Auparavant, il aura tenu à prononcer des discours dans trois écoles militaires et à aller inspecter, début février, les troupes en Centrafrique et au Mali. «Les résultats sont là mais ils restent fragiles. La victoire demande du temps. Notre principal ennemi, c'est le temps», leur a-t-il dit à Bamako et à Gao. À Bangu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant