L'addition salée de Szalai

le
0
L'addition salée de Szalai
L'addition salée de Szalai

Sevrée d'Euro pendant 44 ans, la Hongrie a pleuré de bonheur en parachevant sa qualification contre la Norvège et en terrassant le rival autrichien 2-0 d'entrée de jeu. Ecarté du barrage retour budapestois en novembre, l'attaquant magyar de Hanovre, Ádám Szalai, avait néanmoins tenu à marquer le coup en rinçant un bar entier d'eau de vie. Depuis, il s'est racheté une estime en ouvrant le score à Bordeaux. Manière d'éponger ses difficultés en sélection et son parcours relativement chaotique en Bundesliga ?

L'endroit ressemble à des dizaines d'autres sur le grand "körút" (boulevard) de Budapest. Un troquet-type, où les jeunes du coin enquillent les pintes à 400 forints (1,30 €) le week-end en descendant du tram 4-6 traversant l'axe central de la capitale hongroise. Arrêt Wesselényi utca ou Király utca de préférence. D'ailleurs, ce n'est pas loin du premier que les beuveries classiques ont explosé les standards mi-novembre. Le missile de Tamás Priskin, préféré à Szalai l'habituel titulaire en pointe, soulève la Groupama Aréna et la Hongrie file vers l'Euro. Mais au lieu de ruminer, Ádám a foutu le dawa au "Négyes-Hatos Sörözö".


Pendant que Bernd Storck et le staff sabrent le champagne dans le vestiaire, Szalai s'invite derrière le comptoir budapestois et balance la sauce bourré comme un coing : "On s'est enfin qualifiés après 44 ans ! Vous en avez chié comme supporters, putain ! C'est pour nous soutenir que vous êtes venus là. Et c'est pour ça que vous allez tous descendre une pálinka (fameux alcool magyar, ndlr) et que personne n'ira au pieu avant 7 heures du mat' !". S'il n'a inscrit aucun but décisif, Ádám réussit néanmoins a transporter une foule en quatre phrases diffusées sur YouTube par un groupe de fans du Onze hongrois.

"Ádám a ambiancé la soirée"


Pourtant, hormis la perf' du "Nemzeti 11", Ádám n'avait pas énormément de raisons de faire la nouba accompagné de son frangin Vilmos, défenseur au sein de la modeste équipe des Nyíregyháza Spartacus. Passé par la réserve de Stuttgart, la Castilla, Mayence, Schalke et Hoffenheim, il peut tout juste s'enorgueillir d'une saison 2012-2013 convaincante en Rhénanie lors de laquelle il dépasse le record de finitions d'un Hongrois en Bundesliga (13 contre les 11 de Lajos Détari en 88-89 avec Francfort), d'un exercice 2013-2014 honorable à Gelsenkirchen (28 matchs, 7 pions) et de ses 33 capes internationales.




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant