L'Actos menacé de déremboursement

le
0
INFO LE FIGARO - La Commission européenne a choisi jeudi soir de ne pas se prononcer sur l'interdiction de commercialisation du médicament de Takeda. Si l'entreprise japonaise en fait la demande, la France devra le remettre sur le marché. Aux risques et périls du laboratoire.

Scénario inédit jeudi soir. Alors que la France, suivie par l'Allemagne et le Luxembourg, a expliqué aux autres États membres pourquoi elle souhaitait que l'Actos et le Competact ne soient définitivement plus en vente dans les pharmacies, la Commission européenne a choisi de... ne pas choisir ! Tout juste se contente-t-elle d'annoncer la publication prochaine (dans le semaines à venir) de recommandations visant à limiter la prescription de ces deux antidiabétiques du laboratoire japonais Takeda.

À cause de la survenue de cancers de la vessie, la France avait choisi le 9 juin dernier de suspendre la commercialisation de ces deux médicaments. Mais comme leur autorisation de mise sur le marché (AMM) est européenne, elle ne peut avoir le dernier mot. Elle avait donc activement milité pour que les autres pays membres de l'Union la suivent dans son choix pour obtenir un retrait pur et simple du médicament et ne pas avoir à le remettre en vente dans les pharmacies.

«Tuer un m...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant