L'activité de Klépierre en hausse, croissance en vue en 2012

le
0

PARIS (Reuters) - Klépierre a fait état jeudi d'une croissance de 4,9% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, soutenue par la progression des loyers des centres commerciaux, l'activité de ses commerçants locataires parvenant à résister jusqu'à fin août au ralentissement de la consommation en Europe.

La foncière, détenue à près de 50% par BNP Paribas, a également confirmé son objectif d'une légère croissance des loyers cette année et sa prévision d'un cash-flow net courant par action "au moins stable" sur l'ensemble de l'exercice.

En outre, le volume de cessions d'actifs devrait atteindre le niveau attendu de 200 millions d'euros: le groupe a déjà cédé pour 88,3 millions d'euros d'actifs depuis le début de l'année, signé des promesses de vente pour un montant de 70,5 millions et il poursuit des discussions sur d'autre dossiers.

"Les incertitudes relatives à la conjoncture économique et la mise en place progressive de plans de rigueur dans certains pays de l'Union européenne incitent à la prudence quant aux perspectives d'évolution de la consommation", indique Klépierre dans un communiqué.

La société anticipe toutefois une progression de ses loyers en 2012 portée par une indexation positive et par les ouvertures de nouveaux centres commerciaux réalisées cette année et prévues l'an prochain.

Au troisième trimestre le chiffre d'affaires de Klépierre a progressé de 4,9%, à 256,8 millions d'euros, les loyers ayant progressé de 4,2%, à 236 millions d'euros. A périmètre et change constants, les loyers progressent de 2%.

Les loyers des centres commerciaux ont crû de 6,2% pour atteindre 218,3 millions d'euros à fin septembre grâce notamment à l'impact de l'ouverture, en avril, du "Millénaire" à Paris et d'"Aqua Portimao" en Algarve au Portugal.

Le chiffre d'affaires des commerçants locataires du groupe est en hausse de 1,5% en cumul à fin août, mais ressort inchangé à périmètre comparable, souligne la foncière, dont l'endettement net est resté pratiquement stable à 7,43 milliards d'euros à fin septembre.

"Les premières indications chiffrées disponibles montrent un mois de septembre 2011 en recul par rapport à septembre 2010, en partie attribuable à des conditions météorologiques exceptionnelles", précise Klépierre.

Avant cette publication, le titre a fini en recul de 4,1% à 21,42 euros jeudi, contre une baisse de 2,29% pour l'indice SBF 120. Depuis le début de l'année, la valeur boursière de la foncière a fondu de 20,65%, à 4,06 milliards d'euros.

Alexandre Boksenbaum-Granier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant