L'action Vivendi en tête du CAC 40 sur un mois

le
0
DR
DR

Après deux années mouvementées, qui l'ont amené à vendre coup sur coup Maroc Telecom, Activision puis SFR,

Vivendi se préparait enfin à un été calme. Son nouvel homme fort, Vincent Bolloré, en tandem avec Arnaud de Puyfontaine, étaient censés prendre le temps de la réflexion avant de communiquer, probablement à l'automne, la feuille de route du futur «groupe industriel intégré dans les contenus», désormais recentré sur Universal Music, Canal + et GVT.  

Mais c'était sans compter

le soudain emballement autour de la filiale brésilienne. Après Telefonica, Telecom Italia a confirmé son intérêt pour GVT et préparerait, selon Bloomberg, une offre de 7 milliards d'euros. Soit un cran au-dessus de celle de l'espagnol (6,7 milliards, dont 60% en numéraire), qui songerait de son côté à améliorer la sienne.  

Le conseil de surveillance de Vivendi examinera la proposition de Telefonica -la seule formalisée à ce jour - lors de sa prochaine réunion, prévue le 26 août. Officiellement, le groupe assure «qu'aucune de ses filiales n'est à vendre». Mais la perspective d'une montée des enchères sur GVT n'est sans doute pas pour lui déplaire. Au printemps 2013, les dirigeants avaient en effet renoncé à vendre l'opérateur de téléphonie fixe brésilien, faute d'acheteur au prix qu'ils espéraient (7,3 milliards à l'époque)...

L'action Vivendi en a profité pour reprendre des couleurs. A contre-courant du marché,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant