L'achat immobilier inaccessible pour 82 % des jeunes Parisiens

le
4
Les écarts générationnels sont plus importants dans la capitale et en Ile-de-France qu'en province.

Acheter un logement adapté à leurs besoins est de plus en plus difficile pour les jeunes Français. C'est ce que révèle la nouvelle édition d'un baromètre créé par l'Université Paris-Dauphine et le Crédit foncier, qui mesure le pourcentage de ménages capables, compte tenu de leurs revenus et de leur patrimoine, d'acquérir, dans la ville où ils vivent un bien, correspondant à la taille de leur famille.

Le problème est criant pour les Parisiens. Un foyer sur trois seulement a aujourd'hui la capacité d'acheter un tel appartement. C'est aussi la ville où les écarts générationnels sont les plus importants. Fin 2012, seuls 18 % des 25-45 ans ont les moyens de devenir propriétaires d'un tel logement, contre 47 % des 45-60 ans et 55 % des plus de 60 ans. Pour les jeunes actifs, la situation s'est fortement dégradée en quelques années. En 2007, la proportion des 25-45 ans capables d'acheter un bien immobilier dans la capitale atteignait encore 28 %.

En Ile-de-France, la situation est moins tendue. Plus d'un ménage sur deux (54,7 %) peut devenir propriétaire. La capacité d'achat augmente dans des villes comme Palaiseau, Cergy ou Evry, tandis qu'elle baisse, par rapport à 2007, à Neuilly-sur-Seine ou Boulogne-Billancourt. Les jeunes ont aussi plus facilement accès au marché immobilier. Près de la moitié (49 %) des 25-45 ans a les moyens d'acheter en région parisienne (hors Paris), beaucoup plus que dans la capitale, mais un peu moins quand même que les générations précédentes: la capacité d'achat immobilier atteint 67,6 % pour les 45-60 ans, et 63 % pour les plus de 60 ans.

En comparaison, s'installer en province est beaucoup plus facile. Six ménages sur dix ont une capacité d'achat immobilier suffisante. Leur pouvoir d'achat a progressé à Toulouse, Lyon ou Nancy, et baissé à Rouen, Bordeaux ou Marseille. Les villes les plus accessibles pour les jeune sont Nancy (où 71 % ont les moyens d'acheter un logement adapté), Strasbourg (66,7 %), Rennes (63,2 %) et Toulouse (60,9 %).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ouakal le mardi 1 oct 2013 à 23:17

    Habiter à Paris ? Jamais de la vie !Les gens qui s'entassent dans cette ville me font de la peine et finissent dépressifs

  • titi18 le mardi 17 sept 2013 à 21:53

    Franchement je laisse ma place pour habiter à Paris et ce n'est pas un problème de budget.

  • fignar le mardi 17 sept 2013 à 18:32

    article idiot,on sait que Paris est cher donc un jeune qui est en phase de constitution de patrimoine,ne peut commencer par acheter à Paris mais à force d'épargne ,de sacrifices il pourra y arriver ,sinon il restera banlieusard .Mais c'est un choix ! 56 millions de français ne peuvent habiter sur les champs Élysées ....

  • faites_c le mardi 17 sept 2013 à 16:44

    Encore une enquête qui ne veut rien dire! Si le jeune francilien accepte de s'endetter sur 60 ans il peut parfaitement acheter! Seulement, le jeune francilien est impatient et ne veut pas prendre un emprunt sur plus de 20 ans alors forcément, il ne peur acheter qu'un studio et encore!